Duplik’Fantastik

Bientôt Halloween, et surtout, bientôt le fantastique pour mes 4èmes !

Voici un jeu qui m’a demandé énormément de temps de création. À l’image du fameux Duplik d’Asmodée, il s’agit de travailler sur la description.

L’un des participants joue le rôle du maître d’œuvre. Sa mission : décrire une illustration en rapport avec le fantastique  en donnant aux autres joueurs autant de détails que possible.

Le  maître d’œuvre choisit au hasard une CARTE SCENE sans la montrer aux artistes.

Il lit le TITRE de la scène puis retourne le sablier ou lance le chronomètre: il a 1  minute pour décrire la scène tandis que les artistes dessinent. Pendant ce temps, ses camarades dessinent la scène décrite.

Il peut dire tout ce qu’il veut comme il veut mais ne peut PAS faire de GESTES  NI REGARDER les dessins en cours !

Les artistes dessinent SANS PARLER  et sans communiquer entre eux ni poser de questions au maître d’œuvre.

Quand le s’est écoulé, les joueurs s’échangent leurs œuvres.  Chacun donne son dessin à son voisin de gauche et devient JUGE. Ils doivent décider si le critère a été respecté ou pas.

Plus leurs croquis comportent de critères mentionnés sur la carte d’illustration, plus les participants remportent de points.

Le maître d’œuvre  place le CACHE ROUGE (rodoïde) sur le dessin poly chromatique et lit un à un dans l’ordre chacun des critères, en précisant leur rang.

Le maître d’œuvre ne doit pas intervenir pendant les décisions des juges. Il ne peut ni aider à clarifier un critère, ni montrer le dessin original.

Chaque critère respecté rapporte 1 POINT.

Le  maître d’œuvre marque 1 point par critère qui a été respecté par AU MOINS 1 ARTISTE !

Le maître d’œuvre montre le dessin original seulement à ce moment.

Le joueur à la gauche du maitre d’œuvre devient le nouveau maitre d’œuvre, etc.

La partie est terminée quand les douze monstres fantastiques ont été dessinés.

Il n’est pas nécessaire d’avoir un rodoïde rouge, on peut imprimer les phrases sans cache au lieu du texte en polychromatique.

Le jeu est ici

Mon histoire fantastique

Pour tout comprendre de la définition de Todorov, voici une planche illustrée « prête à créer ».

Elle est complétée par des cartes « situation initiale », des cartes « élément perturbateur », des cartes « péripéties », des cartes « situation finale/explication rationnelle » et des cartes « situation finale/explication surnaturelle ».

Il suffit à l’élève de piocher dans un des sachets de cartes pour trouver des idées et de l’inspiration, tout en respectant la définition du fantastique !

L’éventail de l’écriture d’une rédaction

Ces petites bandes de papier sont reliées grâce à une attache parisienne. La première bandelette propose les termes à utiliser pour une introduction, les trois suivantes pour les trois parties du développement ( sans répéter les connecteurs!) et la dernière permet de construire la conclusion de façon cohérente.

Les élèves peuvent l’emporter en le glissant dans leur porte-vue ou dans leur trousse.

Lien vers l’éventail d’écriture de la rédaction

L’éventail des mots du fantastique

Ces petites bandes de papier sont reliées grâce à une attache parisienne. Les élèves organisent ces bandelettes à leur convenance ; y figurent les adverbes, les verbes, les noms, les expressions et les adjectifs pouvant servir à l’occasion de l’écriture d’un récit fantastique. Les noms, verbes et adjectifs sont classés du moins effrayant au plus effrayant ; les expressions et adverbes sont plus aléatoires.

Le système par éventail permet aux élèves de concentrer leur regard sur une classe grammaticale à la fois. Cet outil très pratique permet également de re-travailler les classes grammaticales.

Les élèves peuvent l’emporter en le glissant dans leur porte-vue ou dans leur trousse.

Lien vers l’éventail des mots du fantastique