Une exposition sur les discriminations

Des élèves de troisième du collège Jean Rostand de Balma ont été amenés à réfléchir aux notions d’égalité, de discrimination et de harcèlement suite à leur lecture du livre  de Carina Louart et Véronique Maribon-Ferret « Combattre les discriminations » de la collection « J’ai tout compris » de l’édition Privat Jeunesse. Ils ont élaboré une exposition reprenant les grands thèmes du livre ; les discriminations, c’est interdit par la loi, qu’est-ce que l’identité, et les discriminations liées au physique. Les discriminations vues par les adolescents, qui écrivent pour d’autres adolescents, voici ce que propose cette très jolie exposition ! Pour voir le travail des élèves dans leur intégralité ; https://www.calameo.com/read/005389801c8344e52ce37 

L’exposition a été présentée à l’espace Diversités Laïcité de la ville de Toulouse.

Une exposition sur le latin dans le caddie

Comme Monsieur Jourdain qui ignorait qu’il faisait de la prose, nous utilisons quotidiennement, et quelquefois sans le savoir, des mots qui puisent leur origine dans la langue de Cicéron. Certaines sont anciennes (Fiat, Duralex, Lux, Nivea, Valda), d’autres récentes (Natexis, Vel Satis, Altadis). On en trouve dans tous les domaines, l’alimentation (Andros, Candia, Mars, Hepar, Galak), l’hygiène (Vademecum, Fructis, Biotherm), le ménage (Ajax, Vim, Calor, Electrolux), l’habillement (Nike, Sinequanone, Hermès), les transports et en particulier l’automobile (Volvo, Fiat, Omega, Clio, Previa, Vinci), le bureau (Varilux, Quo Vadis, Brilla), les assurances (Concordia, Assura, Assista), les banques (Artesia, Natexis), etc. 

Parmi ces noms à consonances grecques ou latines, il y a de tout. Quelques-uns sont vraiment bien trouvés. Des « créatifs » vont donc jusqu’à forger des noms qui ne veulent absolument rien dire, ni en latin, ni en grec, mais ont une sonorité antique. 

Pourquoi un tel engouement ?

Ces langues dites mortes disparaissent des programmes scolaires mais, pour ceux qui ont à trouver des noms de marques, apparemment elles gardent de la valeur. Elles sonnent bien ; autrement dit, en langage commercial, elles ont une connotation positive chez les consommateurs. C’est la raison pour laquelle nous avons élaboré une exposition sur ce thème, qui a fait l’ouverture de la médiathèque de Balma où elle a été présentée.

Les étapes du projet

Nous avons fait des recherches sur le site https://www.arretetonchar.fr/exposition-veni-vidi-volui-du-latin-et-du-grec-dans-mon-caddie/

Nous avons choisi de façon collaborative les thèmes qui nous intéressaient, puis retenu cinq produits en moyenne par affiche, selon les directives de notre professeur. Ce choix n’a pas toujours été facile. 

Nous avons cherché les logos des produits, nous les avons détourés. Ensuite, nous les avons intégrés sur CANVA. Nous avons fait les recherches sur chaque nom de produit et nous avons fait un résumé. Nous avons fait en sorte que le fond et la forme de notre affiche soient cohérents. Nous avons réfléchi à l’organisation de notre affiche pour la rendre attractive et facile à lire.

Nous avons ensuite élaboré des questionnaires car l’exposition est destinée à être présentée d’abord dans la médiathèque de Balma, puis dans les écoles. Nous la souhaitions donc ludique et pédagogique à la fois.

Les connaissances et compétences mises en œuvre dans ce projet

Domaine 1 ; les langages pour penser et communiquer

Comprendre, s’exprimer en utilisant les langages mathématiques, scientifiques et informatiques

Nous avons appris à utiliser CANVA pro pour mettre en œuvre ce projet. Nous avons créé une classe collaborative afin de nous échanger les fichiers et de continuer à travailler chacun chez nous à cause de la COVID. 

Comprendre, s’exprimer en utilisant la langue française à l’oral

Nous avons créé des affiches que nous avons dû présenter à l’oral pour nous préparer par exemple à l’épreuve du DNB. 

Comprendre, s’exprimer en utilisant la langue française à l’écrit

Nous avons dû rechercher et créer des textes sur les thèmes que nous avons choisis. Nous avons dû en chercher l’étymologie et l’histoire, et faire des recherches sur les marques pour lesquelles nous avions opté. Par exemple, nous avons appris …

Domaine 2 : les méthodes et outils pour apprendre

Nous avions un cahier des charges à tenir ; il fallait que tout soit prêt pour l’inauguration de la médiathèque.

Nous avons donc appris à nous projeter dans le temps, anticiper, planifier nos tâches. Nous avons géré les étapes de la préparation de notre exposition suivant un planning ; élaboration des étapes, recherches sur les marques, élaboration des affiches, création des affiches, relecture et correction ….
Pour élaborer les affiches, nous avons dû nous engager dans une démarche de résolution, mobiliser les connaissances nécessaires, analyser et exploiter les erreurs, mettre à l’essai plusieurs solutions, et surtout nous entraider.

Nous pouvons affirmer que le vivre ensemble est au cœur de ce projet. Nous avons conscience que la classe, l’école, l’établissement sont des lieux de collaboration, d’entraide et de mutualisation des savoirs

            Nous avons appris à gérer un projet collectif, en planifier les tâches, en fixer les étapes et évaluer l’atteinte des objectifs.

            Nous avons su utiliser de façon réfléchie des outils de recherche, notamment sur Internet. Nous avons appris à confronter différentes sources et à évaluer la validité des contenus.

Domaine 3 ; la formation de la personne et du citoyen

 Au cours de ce projet, nous avons appris à coopérer et à faire preuve de responsabilité́ vis-à-vis d’autrui Nous avons été amenés à cet esprit de coopération grâce à notre projet commun qui a renforcé notre esprit d’équipe. Nous nous sommes entraidés et nous avons appris à collaborer.

Domaine 4 : les systèmes naturels et les systèmes techniques

            Nous avons appris par le biais de ce projet les fondements de la culture liée à la publicité, mais en créant nous aussi notre propre « logo » puisque nous avons créé de affiches.  Nous nous sommes inspirés de l’aspect technique des publicités pour créer nos propres graphismes,  liant l’aspect scientifique de l’étude de la langue et l’aspect technologique nécessaire à l’élaboration de cette exposition. Nous nous sommes remis en question car nous pensions être familiers avec les publicités plus qu’avec le latin, et nous nous sommes rendu compte que le latin était omniprésent dans les marques et logos autour de nous.  

Conception, création, réalisation

Grâce à ce projet, nous avons mis en œuvre observation, imagination, créativité, sens de l’esthétique et de la qualité, talent et habileté numérique, sens pratique, et sollicité des savoirs et compétences scientifiques, technologiques et artistiques pertinents.

Domaine 5 : les représentations du monde et l’activité́ humaine 

Organisations et représentations du monde

            Nous nous sommes approprié des œuvres littéraires et artistiques appartenant au patrimoine national et mondial comme la mythologie grecque. Nous avons réinterprété  le monde de la publicité et des affiches en imaginant de nouveaux scénarios.

Invention, élaboration, production

            Nous avons mis en œuvre des principes de conception et de fabrication d’objets ou les démarches et les techniques de création. Nous avons développé notre jugement, notre goût, notre sensibilité́, nos émotions. Notre exposition est le reflet de cette interrogation et de cette ré-appropriation des mythes du cosmos.
            Elaborer ce projet nous a permis de comprendre l’aspect culturel et techniques de la publicité qui nous entoure, sa façon d’argumenter auprès du consommateur, et les évolutions qu’elle a engendrées, tant dans les modes de vie que dans les représentations. Nous avons progressé dans notre Parcours d’Education Artistique et dans notre Parcours Citoyen.

            Nous avons été sensibilisés aux expressions artistiques, aux œuvres, aux sensibilités esthétiques et aux pratiques culturelles de différentes sociétés, en comparant par exemple la mythologie que nous connaissions avec sa ré-interprétation contemporaine ( Hermès). Concevoir ce projet nous a permis de mieux comprendre le monde antique mais aussi et surtout le monde contemporain.

Bilan du projet

Au cours de ce projet, nous avons bien compris que le monde contemporain se nourrit des questions posées par les autres domaines de connaissance et les nourrissent en retour. 

Les langues anciennes ne sont pas des langues mortes mais survivent au quotidien dans une continuité inattendue ;

https://www.la-croix.com/Debats/marketing-compte-cest-faire-grec-latin-2021-02-17-1201141206

https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/quelles-sont-les-marques-dont-les-noms-viennent-du-latin-ou-du-grec-7900011660

« À tous ceux qui s’imaginent que les langues anciennes sont mortes, qu’elles ne véhiculent plus rien et qu’il est inutile de les apprendre… Ouvrez les yeux : elles sont partout au contraire ! Dans notre vocabulaire, nos expressions et même dans les rayons de nos magasins. Apprendre le latin et le grec, c’est se montrer furieusement moderne. » Lisa Kamin, journaliste

Et après ?

Notre exposition a été envoyée dans plusieurs établissements scolaires où elle a servi avec succès à montrer ce que nous souhaitions mettre en valeur, l’interaction des langues anciennes avec le monde d’aujourd’hui. 

Après avoir fait l’ouverture de la médiathèque, elle sera présentée dans les écoles de Balma avec le questionnaire associé. Nous tirons de la fierté de ce projet qui nous a beaucoup appris, nous a permis de nous découvrir entre nous, mais qui permettra aussi aux autres d’apprendre grâce à nous. 

Les élèves de troisième LCA 2020-2021

Les jeux olympiques ; hier et aujourd’hui

Des différents jeux panhelléniques, les plus célèbres furent les Jeux Olympiques.

L’origine des Jeux Olympiques se perd dans la légende. On sait qu’ils ont été restaurés à différentes reprises et ils furent organisés régulièrement tous les quatre ans pendant douze siècles : de 776 avant J.C. à 393 après J.C.

Le contenu des épreuves variera au cours du temps mais la récompense aux vainqueurs sera toujours la même : une couronne d’olivier.

Les autres grands jeux antiques sont :

– les Jeux pythiques (du nom de la prophétesse de l’oracle du sanctuaire d’Apollon à Delphes),

– les Jeux isthmiques (à proximité de l’isthme de Corinthe),

– les Jeux néméens (dans le sanctuaire de Némée, consacré à Zeus, en Argolide).

A Olympie, dans la plaine d’Elis, les Jeux étaient célébrés en l’honneur de Zeus pour les hommes mais pendant plusieurs siècles se sont tenus des Jeux héréens (en l’honneur d’Héra) sur le même site pour les femmes.

Le 23 Juin 1894 : un Français, le baron Pierre de Coubertin rénova les Jeux Olympiques à Paris et fonda le Comité International Olympique

1896 : les 1ers Jeux Olympiques se déroulent à Athènes

1900 : pour la 1ère fois, les femmes participent aux Jeux

Pourquoi ne pas mêler jeux olympiques et grammaire latine ?

Voici ma proposition;

Voici la correction;

Un travail collaboratif a été mené avec le club d’athlétisme de ma ville, Balma. À l’occasion des 50 ans du club d’athlétisme balmanais, les élèves ont élaboré une exposition sur les jeux d’hier à aujourd’hui.

Le lien vers le site de la Dépêche

Voici les affiches réalisées par les élèves à cette occasion ;

Les élèves ont également créé des poèmes -les épreuves des jeux olympiques étaient, dans l’Antiquité, à la fois physiques et intellectuelles.

Voici mon cours et sa correction ;

Ce cours a été l’occasion de travailler avec un professeur de danse. Les élèves ont dû réviser l’impératif en latin grâce à ces formules ;

Voici quelques documents complémentaires ;

Le latin et le sport

Guide étymologique des disciplines sportives

Mon cours « jeux olympiques » en vidéo ;

D’autres documents pour les adhérents